UN offers a new educational resource to fight hunger worldwide


The United Nations World Food Programme (WFP) has developed a valuable educational resource in the form of a power point presentation designed to inform schools across Canada about both global hunger and the commitment of world leaders to eradicate it (#Zero Hunger) by 2030. This resource is ideally suited to Grades 5 and 6 and would be a great resource through the upper grades and high school.

It is an every-green resource and could be used throughout the year but would have particular relevance to World Food Day, October 16, 2016.

This informative power point has 14 pictures and 4 embedded videos that serve to promote knowledge and understanding of global hunger from a hope-filled perspective. It could be used to build cross curricular competencies, such as problem-solving, student discussion, research, and debate. It could be incorporated into Math (statistics/ a hunger map rates worldwide hunger), Social (Citizenship/social responsibility), Health (Nutrition), Science, and Language Arts curricula.

This timely resource explains why people are hungry, where the hungry live, and what students can do to help. This package includes everyone’s favorite Freerice – the educational game that donates 10 grains of rice for every correct answer! Students and teachers would also be interested to learn of the impressive role Canada, itself, has played in helping combat global hunger!

Also, a live Skype interview is available to teachers to present the resource to students and answer questions about WFP’s work.

WFP is the world’s largest humanitarian agency fighting hunger worldwide. In emergencies, we get food to where it is needed, saving the lives of victims of war, civil conflict and natural disasters. After the cause of an emergency has passed, we use food to help communities rebuild their shattered lives.

You can download the English version here and the French version here.

For more information or to answer any questions please contact:

Julie Marshall
Canadian Spokesperson
World Food Programme
905 818 2664


Un nouvel outil pédagogique de l’ONU pour la lutte contre la faim dans le monde

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a mis au point un outil pédagogique intéressant, sous la forme d’une présentation power point, destinée à informer les écoles à la fois au sujet de la faim dans le monde et l’engagement pris par les dirigeants du monde afin de l’éradiquer. Cet outil est idéal aux élèves à partir de l’âge de 10 ans et jusqu’au lycée.

Cet outil opportun explique pourquoi les populations ont faim, où vivent les personnes souffrant de la faim et ce que les élèves peuvent faire pour aider. Les élèves et les enseignants seraient également contents d’apprendre le rôle impressionnant que le Canada joue dans la lutte contre la faim dans le monde !

Une interview en direct, par Skype, est possible pour faire une présentation via l’outil pour les élèves et répondre à leurs questions sur les activités du PAM.

Vous pouvez télécharger la version anglaise ici et la version française ici.

Report on edu-business in Uganda describes deficiencies and substandard operations


A new study released Oct. 5 by Education International (EI) reveals how profits come before students and how legal standards in education have been disregarded by an edu-business operating in Uganda.

The EI report, “Schooling the Poor Profitably”, follows weeks of investigation into the operations of Bridge International Academies (BIA) in Uganda where it has established 63 private for-profit schools, since February 2015, with an estimated 12,000 fee-paying customers. This is the same company that attempted to intimidate Canadian researcher, Curtis Riep, by having him falsely accused and arrested while he was in Uganda last May.

The company has been the subject of significant criticism for failing to meet legal and educational standards and a government order closed all the schools in August. Although the schools have since reopened temporarily, EI is keeping a watchful eye.

In summary, the report’s key findings are:

  • 9 of 10 teachers hired by BI are unqualified and unlicensed;
  • Teachers read from a script as part of the BI ‘Academy-in-a-box’, with pre-programmed curricula transferred to tablet e-readers;
  • BIA facilities are below par, with reports of “poor hygiene and sanitation” in school buildings which often do not meet the Basic Requirements and Minimum Standards;
  • School fees prevent poor families from sending their children to school;
  • School fees are 20% of family income – per child;
  • Drop-out rates are high – from 10 to 60%.

For further information, please see the following statement issued by EI:

The grip of Bridge International Academies in Uganda

The education provided by Bridge International Academies (BIA) in Uganda disregards legal and educational standards established by the Government, according to a new study by Education International (EI). These include requirements to employ qualified teachers, observe the national curriculum and standards related to school facilities.

BIA is one of the largest education for-profit companies in the world, with plans to sell basic education services directly to 10 million fee-paying students in low-income communities throughout Africa and Asia by 2025. In Uganda, BIA has expanded rapidly since February 2015, with an estimated 12,000 fee-paying students. However, in August, the Permanent Secretary of Uganda decided to close all BIA schools due the company’s failure to meet the Government’s educational and legal standards.

EI’s analysis of Bridge’s curriculum and pedagogy reveals serious implications for teachers and students that fundamentally alters the nature and practice of education itself. The company has created a business plan based on strict standardisations, automated technology, cheap school structures, and internet-enabled devices that are used to carry out all instructional and non-instructional activities that make up an education system.

BIA uses broadband technology to deliver its ‘Academy-in-a-box’, with pre-programmed curricula transferred to tablet e-readers – ‘teacher-computers’ – that distribute knowledge and information to pupils. This represents a business strategy for drastically reducing operating costs and benefiting from economies of scale by employing unqualified teachers and paying them severely low wages. EI’s research revealed that up to nine out of ten BIA teachers are unlicensed, in direct contravention of Uganda’s Education Act (2008).

In addition, the physical structures of Bridge Academies are below par, with reports of “poor hygiene and sanitation” in school buildings which often do not meet the Basic Requirements and Minimum Standards established by the Ministry of Education.

BIA fails in its mission to provide ‘affordable’ education for all children in Uganda. Children of low class cannot afford to pay anything for education, much less BIA fees, according to a Ministry official. Families with an average household income have to expend up to 23 – 27% of their earnings just to send one child to a Bridge school for one year. Indeed, the BIA school dropout rate ranges from 10%-60%.

Education International’s General Secretary, Fred van Leeuwen, said: ”We call on the Government of Uganda to remain steadfast in demanding that Bridge International Academies operate in accordance with Ugandan legislative and regulatory requirements. Every child deserves to be taught by a qualified teacher delivering an engaging curriculum in safe schools conducive to good teaching and learning.”

Download here the report: SCHOOLING THE POOR PROFITABLY: the innovations and deprivations of Bridge International Academies in Uganda by Riep, C. & Machacek, M. (2016)

Media Contact:

Angelo Gavrielatos (Project Director, Education International): +61488012045

Un rapport sur une entreprise de services éducatifs en Ouganda expose des faiblesses et des activités non conformes aux normes


Un nouveau rapport rendu public, le 5 octobre, par l’Internationale de l’Éducation (IE) révèle qu’une entreprise de services éducatifs installée en Ouganda fait passer les profits avant les élèves et fait fi des normes juridiques en éducation.

Le rapport de l’IE, Schooling the Poor Profitably (scolariser les pauvres pour faire des bénéfices), est le fruit d’une longue enquête sur les activités de l’entreprise Bridge International Academies (BIA) qui, depuis février 2015, a ouvert en Ouganda 63 écoles privées à but lucratif fréquentées par quelque 12 000 clientes et clients qui paient des frais de scolarité. C’est cette même entreprise qui a tenté d’intimider le chercheur canadien Curtis Riep en portant de fausses accusations contre lui et en le faisant arrêter pendant son séjour en Ouganda, en mai dernier.

BIA a fait l’objet de nombreuses critiques pour ne pas avoir respecté les normes juridiques et éducatives du pays, à la suite de quoi le gouvernement a fait fermer toutes les écoles, en août. Bien que les écoles aient rouvert temporairement depuis, l’IE suit la situation de près.

Voici, en bref, les principales constatations du rapport :

  • Neuf enseignantes et enseignants embauchés par BIA sur dix ne sont ni qualifiés ni brevetés;
  • Les enseignantes et enseignants lisent les leçons à partir de programmes d’enseignement préparés par BIA et transférés sur des tablettes numériques;
  • Les installations de BIA sont de mauvaise qualité, comme en témoignent des rapports faisant état notamment de conditions d’hygiène déplorables dans les établissements scolaires qui, bien souvent, ne répondent pas aux exigences de base et aux normes minimales;
  • Les droits de scolarité empêchent les familles pauvres d’envoyer leurs enfants à l’école;
  • Les droits de scolarité représentent 20 % du revenu familial — par enfant;
  • Les taux de décrochage sont élevés — de 10 à 60 %.

Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez lire la déclaration de l’IE (reproduite ci-dessous telle qu’elle nous a été fournie) :

La mainmise de Bridge International Academies en Ouganda

Les prestations éducatives dispensées par Bridge International Academies (BIA) en Ouganda ne respectent pas les normes légales et éducatives établies par le gouvernement, selon une nouvelle étude de l’Internationale de l’Éducation (IE), notamment l’obligation de faire appel à des enseignant(e)s qualifié(e)s, de respecter le programme scolaire national et les normes relatives aux infrastructures scolaires.

BIA, l’une des plus importantes entreprises éducatives à but lucratif du monde, ambitionne, d’ici 2025, de vendre des services éducatifs élémentaires payants à 10 millions d’élèves appartenant à des communautés à faible revenu dans toute l’Afrique et l’Asie. En Ouganda, BIA s’est rapidement développée depuis février 2015, avec environ 12 000 étudiant(e)s payant des droits de scolarité. Cependant, en août, le Secrétaire permanent de l’Ouganda a décidé de fermer toutes les écoles de BIA en raison de l’incapacité de l’entreprise à répondre aux exigences éducatives et légales du gouvernement.

L’analyse du programme d’enseignement et de la pédagogie mis en œuvre par Bridge par l’IE met en évidence d’importantes conséquences pour les enseignant(e)s et les élèves, car ils modifient fondamentalement la nature et la pratique de l’enseignement. L’entreprise a élaboré un plan d’activité axé sur une uniformisation rigide, des moyens technologiques automatisés, des infrastructures scolaires de médiocre qualité et des dispositifs connectés à Internet qui permettent de mener l’ensemble des activités pédagogiques ou non pédagogiques constituant un système éducatif.

BIA s’appuie sur le haut débit pour offrir son « Academy-in-a-box » avec des programmes d’enseignement préétablis transférés sur des tablettes numériques — « des ordinateurs enseignants » — qui transmettent les connaissances et les informations aux élèves. Cette démarche correspond à une stratégie opérationnelle visant à réduire radicalement les coûts d’exploitation et ainsi réaliser des économies d’échelle en employant des enseignant(e)s non qualifié(e)s avec des salaires de misère. L’enquête de l’IE a révélé que près de neuf enseignant(e)s de BIA sur dix ne sont pas qualifiés, en violation directe de la Loi sur l’éducation de l’Ouganda (2008).

En outre, les infrastructures scolaires de Bridge Academies sont en-dessous de la moyenne, certains rapports mentionnant « des conditions d’hygiène et sanitaires déplorables » dans les bâtiments scolaires qui, bien souvent, ne respectent pas les exigences de base et les normes minimales établies par le ministère de l’Éducation.

BIA échoue dans sa mission à proposer des prestations éducatives « abordables » à tous les enfants de l’Ouganda. Selon une autorité ministérielle, les enfants des classes défavorisées n’ont pas les moyens de débourser quelque somme que ce soit pour leur éducation, encore moins les frais d’inscription de BIA. Les familles ayant des revenus moyens doivent consacrer jusqu’à 23 à 27 % de leurs gains pour envoyer un seul enfant, pendant une année, dans une école de Bridge. De fait, le taux de décrochage dans les écoles de BIA varie de 10 à 60 %.

Fred van Leeuwen, secrétaire général de l’Internationale de l’Éducation a déclaré : « Nous demandons au gouvernement ougandais de rester ferme en exigeant que Bridge International Academies agisse conformément aux exigences législatives et réglementaires ougandaises. Tout enfant mérite de pouvoir suivre un enseignement assuré par un(e) enseignant(e) qualifié(e), axé sur un programme scolaire stimulant, dans des écoles sûres et propices à un enseignement et à un apprentissage de qualité. »

Les innovations et les carences de Bridge International Academies en Ouganda, par Riep, C. et M. Machacek. (2016)

Contact média :

Angelo Gavrielatos (Project Director, Education International): +61488012045

Demo in Ottawa -World Teachers’ Day

Join us as we stand in solidarity with our Turkish teacher colleagues

WHEN: 4 to 5:30 p.m., Wednesday, Oct. 5th, World Teachers’ Day

WHERE: Embassy of the Republic of Turkey
197 Wurtemberg Street (close to the Rideau River).

WHY: To stand in solidarity with over 28,000 Turkish educators who have been suspended along with tens of thousands of other citizens. Turkey is punishing educators and other public sector workers in response to the failed coup on July 15.

Let’s send a collective message to the Republic of Turkey by calling for a respect for democracy and human rights instead of unlawful actions by its military to silence its citizens and abolish their rights.

Let’s also send a message to our federal government to pressure the Turkish government to observe and protect human rights and fundamental freedoms, including freedom of expression and academic freedom.

WHO: Teachers, university professors, union leaders, human rights supporters

Organized by the Canadian Teachers’ Federation, Canadian Association of University Teachers, and Affiliates of Education International.

Download Poster – PDF 156 KB
Demo in Ottawa

Manif à Ottawa – Journée mondiale des enseignantes et des enseignants

Venez vous joindre à nous tandis que nous manifesterons notre solidarité à nos collègues enseignantes et enseignants en Turquie

QUAND :  De 16 h à 17 h 30, le mercredi 5 octobre, Journée mondiale des enseignantes et des enseignants

OÙ : Ambassade de la République turque, 197, rue Wurtemberg (près de la rivière Rideau)

POURQUOI : Pour manifester notre solidarité aux plus de 28 000 éducatrices et éducateurs turcs qui ont été suspendus, comme des dizaines de milliers d’autres citoyennes et citoyens. Dans la foulée du coup d’État raté du 15 juillet, la Turquie punit le corps enseignant et d’autres travailleurs et travailleuses du secteur public.

Envoyons collectivement un message à la République turque pour qu’elle respecte les principes démocratiques et les droits de la personne, et que ses militaires abandonnent leurs mesures illicites pour imposer le bâillon et abolir les droits des citoyens et citoyennes.

Envoyons aussi un message à notre gouvernement fédéral pour qu’il fasse pression sur les autorités turques afin qu’elles observent et protègent les droits de la personne et les libertés fondamentales, dont la liberté d’expression et la liberté pédagogique.

QUI : Les membres du personnel enseignant, les professeures et professeurs d’université, les représentantes et représentants syndicaux, les personnes qui se vouent à la défense des droits de la personne

Manifestation organisée par la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université et les organisations affiliées à l’Internationale de l’Éducation.

Télécharger l’affiche – PDF, 158 Ko

Manif à Ottawa

From Ethics and Empathy to Making and Remixing: Extending Digital Literacy to the Secondary Grades

By MediaSmartsdlf-9to12-en

For more than a decade, MediaSmarts has been a leader in defining digital literacy in Canada. This is reflected in the elementary digital literacy framework we launched in 2015. The Use, Understand & Create framework is based on a holistic approach which recognizes that the different skills that make up digital literacy cannot be fully separated. The framework identifies six overlapping aspects of digital literacy – ethics and empathy, privacy and security, finding and verifying, digital health, consumer awareness, and community engagement – and includes resources to ensure that every Canadian student from Kindergarten to Grade Eight can receive a comprehensive digital literacy education. Now we are extending that work to the secondary grades with a suite of new lessons in all six categories as well as adding a seventh aspect – Making and Remixing – to help students learn how to use digital tools to collaborate with others and to create and ethically remix content.

Though the new secondary resources draw on the same principles of digital literacy, they reflect the important differences between teens and younger children found in our Young Canadians in a Wired World data. Because teens’ online experiences are more varied and more likely to encompass multiple platforms and devices, many of these resources help youth to understand how the different digital skills learned in earlier grades interrelate and reinforce one another in helping to address the new challenges they face. In dealing with sexting, for example, youth need to not just be able to manage their own privacy and make ethical decisions about others’ but also to understand the differences between healthy and unhealthy relationships (American research has found that sexts sent as a result of pressure or coercion are three times more likely to result in a negative outcome). Our new Ethics and Empathy lesson Online Relationships: Respect and Consent encourages students to consider the importance of ethical thinking and consent before sharing any content that might be harmful. It presents a series of scenarios that explore issues such as coercion, lack of consent, violation of privacy and making private content public in low-stakes situations that are relevant to students’ day-to-day experience.

Our Young Canadians findings allowed us to “start where the learner is” by building on the approaches we know youth are already using. Their preference for social strategies in dealing with privacy issues, for instance, served as the jumping-off point for Online Relationships: Respect and Consent. Similarly the findings in our report Young Canadians’ Experiences with Electronic Bullying – which looked at what leads witnesses to cyberbullying to intervene (or not intervene) and which intervention strategies were most likely to help without making things worse – allowed us to provide practical advice on how to help targets of bullying in our lesson First, Do No Harm: How to Be an Active Witness to Cyberbullying.

One of the most striking findings in our Young Canadians survey was the number of youth who said they sleep with their cell phones at night to avoid missing anything: more than half of Grade 11 students report doing this. The amount of time students spend on their devices is just the tip of the iceberg, as many report being stressed by constantly comparing themselves to their friends, by the pressure to seem happy and successful on social media, and what they themselves call FOMO (“fear of missing out”). Our Digital Health lesson Dealing with Digital Stress helps students identify habits in their lives that are making them anxious and teaches them evidence-based strategies for managing their time, changing harmful habits and attitudes, and making time for rest and relaxation.

Besides needing to look happy and popular to their peers, as students reach their teen years they’re also under stress to present an online image that will be appropriate for potential employers, college and university admissions officers, and others who know enough to be suspicious of someone with no social media presence, or who recognize a freshly-scrubbed profile when they see one. Our Privacy and Security lesson Your Online Resume empowers students to “accentuate the positive” and take control of their online identity by considering the different audiences who might see their content and making a plan to ensure that they’re sending the right message to each audience.

Our research also gave us insight into what students aren’t doing: while the data showed that most students are learning and using search and verification skills in school, it also showed that they are not as likely to use them to verify content they come across outside of school. That’s why our new Finding and Verifying lesson Authentication Beyond the Classroom teaches students not just how to fact-check the latest viral photo or video but why they should verify something by helping them understand that in our networked world we are, in effect, all journalists, and we have an ethical duty to be sure something is true before passing it on.

While Canadian youth are creating lots of content on social media, our data shows that relatively few are producing creative content such as music or videos, and our recent teacher survey  conducted with the Canadian Teachers’ Federation, Connected to Learn: Teachers’ Experiences with Networked Technologies in the Classroom, shows that few are doing these activities in class either. But media production, which has always been a central part of media literacy, has never been simpler: students can now do things with their phones that just a decade ago would have required expensive video cameras. Editing and remixing, which once required specialized hardware or software, can now be done with free online tools, and it’s never been easier for youth to find an audience for the content they create – but these new tools come with ethical considerations as well. Our Making and Remixing lesson Remixing Media teaches students the rights they have to remix content under Canadian copyright law and has them look at the different kinds of remixes and the different legal and ethical considerations associated with each one, before creating a critical remix of their own.

The ethical considerations of remixing highlight the issue of digital citizenship. Even more than digital literacy, the precise definition of this term is still evolving: all too often it’s simply a list of “thou shalt nots” which, while important, fail to engage youth. What may be more valuable is to approach digital citizenship not as a separate subject but as the ideal outcome of digital literacy education, and to view it in terms not just of the responsibilities but also the rights of a digital citizen. A rights-based approach to digital citizenship provides the essential link between teaching youth what they can do to manage and defend their privacy and empowering them to actually do it. Young Canadians need to know that they don’t give up their rights when they go online and, in fact, they may have rights they’re not aware of.  Online Cultures and Values lets students investigate how online communities such as social networks and multiplayer games form their cultures and values and how every member of these communities has the right and the power to influence those values so that racism, sexism, and other forms of harassment aren’t tolerated. While this lesson shows students how they can make a difference in their online communities, our three-part lesson Digital Storytelling for Civic Engagement (which teachers can deliver as a unit or as standalone lessons) combines Making and Remixing and Civic Engagement competencies to help students use digital tools to be active citizens in their offline communities. By having students research and create a Digital Story – a simple but flexible media product which can be done with even the most minimal media production tools – on an issue that’s relevant to them and their community, and then find ways of getting it in front of the right audience, this lesson series prepares students for a lifetime of active citizenship.

There’s no question that networked technologies pose significant risks and challenges for Canadian teens, but they offer unparalleled opportunities as well. Now that MediaSmarts’ comprehensive digital literacy framework Use, Understand & Create  has been extended to the secondary level, we’re able to prepare them to be active and engaged digital citizens. Based on our ground breaking research on digital literacy education in Canada – Mapping Digital Literacy Policy and Practice in the Canadian Education Landscape – and linked to existing curriculum outcomes for each province and territory – provides tools for teachers, parents, administrators and policymakers to ensure that all Canadian students get the digital literacy education they need for living and working in a digital world.

Use, Understand & Create: A Digital Literacy Framework for Canadian Schools (K-12) was made possible by financial contributions from CIRA through the .CA Community Investment Program. The framework and supporting resources are freely available at http://mediasmarts.ca/teacher-resources/digital-literacy-framework

De l’éthique et de l’empathie à la création et au remixage : offrir la littératie numérique aux années du secondaire

Par HabiloMédias

dlf-9to12-frDepuis plus d’une décennie, HabiloMédias est un chef de file de la littératie numérique au Canada. C’est ce que reflète le cadre élémentaire de littératie numérique que nous avons lancé en 2015. Le cadre Utiliser, comprendre et créer se fonde sur une approche holistique qui reconnaît que les différentes compétences qui composent la littératie numérique ne peuvent pas être entièrement séparées. Le cadre recense six aspects de la littératie numérique qui se chevauchent : éthique et empathie, vie privée et sécurité, trouver et vérifier, santé numérique, sensibilisation des consommateurs, et mobilisation communautaire. Il comprend des ressources pour s’assurer que tous les élèves canadiens, de la maternelle à la 8e année, peuvent recevoir une éducation complète en matière de littératie numérique. Nous étendons maintenant notre travail aux années du secondaire grâce à une série de nouvelles leçons dans les six catégories et nous en ajoutons une septième (« Créer et remixer ») pour aider les élèves à apprendre comment utiliser les outils numériques pour collaborer avec les autres et créer et remixer du contenu de façon éthique.

Bien que les nouvelles ressources pour le secondaire misent sur les mêmes principes de la littératie numérique, elles reflètent d’importantes différences entre les adolescents et les jeunes enfants, lesquelles sont soulignées dans nos données Jeunes Canadiens dans un monde branché. Puisque les expériences virtuelles des adolescents sont plus variées et plus susceptibles d’englober de multiples plateformes et appareils, bon nombre de ces ressources aident les jeunes à comprendre comment les différentes compétences numériques apprises par les années passées sont liées les unes aux autres et se renforcent les unes les autres pour aider à traiter des nouveaux défis auxquels ils font face. En composant avec le sextage, par exemple, les jeunes doivent non seulement apprendre à gérer leur propre vie privée et à prendre des décisions éthiques concernant les autres, mais aussi comprendre les différences entre les relations saines et malsaines (une recherche américaine indique que les sextos envoyés sous pression ou sous la contrainte sont trois fois plus susceptibles d’entraîner un résultat négatif). Notre nouvelle leçon « Éthique et empathie » intitulée Relations en ligne : Respect et consentement encourage les élèves à considérer l’importance de la pensée éthique et du consentement avant de partager tout contenu qui pourrait être préjudiciable. Elle présente une série de scénarios qui explorent des questions comme la contrainte, le manque de consentement, la violation de la vie privée et rendre public du contenu privé dans des situations à enjeux peu élevés qui s’appliquent à l’expérience quotidienne des élèves.

Nos conclusions de l’étude Jeunes Canadiens nous ont permis de « commencer là où commence l’apprenant » en misant sur les approches que les jeunes utilisent déjà. Leur préférence pour les stratégies sociales pour composer avec les questions de protection de la vie privée, par exemple, a servi de point de départ pour la leçon Relations en ligne : Respect et consentement. De même, les conclusions de notre rapport Les expériences de la cyberintimidation des jeunes Canadiens, lequel examinait ce qui amène les témoins de cyberintimidation à intervenir (ou à ne pas intervenir) et quelles stratégies d’intervention étaient les plus susceptibles d’aider sans empirer la situation, nous ont permis de fournir des conseils pratiques sur la façon d’aider les victimes d’intimidation dans notre leçon Ne pas faire de tort : comment être un témoin actif.

L’une des conclusions les plus saisissantes de notre sondage Jeunes Canadiens concerne le nombre de jeunes qui ont dit dormir avec leurs téléphones cellulaires la nuit pour éviter de manquer quoi que ce soit : plus de la moitié des élèves de la 11e année disent le faire. Le temps que les élèves passent sur leurs appareils n’est que la pointe de l’iceberg puisque bon nombre d’entre eux signalent être stressés en se comparant constamment à leurs amis, par la pression qu’ils subissent pour paraître heureux et sembler avoir du succès sur les médias sociaux, et par ce qu’ils appellent eux-mêmes « FOMO » (« fear of missing out ») c’est-à-dire la crainte obsessionnelle de manquer à l’appel. Notre leçon « Cybersanté » intitulée Composer avec le stress numérique aide les élèves à cerner les habitudes dans leur vie qui les rendent anxieux et leur enseigne des stratégies fondées sur des données probantes pour gérer leur temps, changer les habitudes et les attitudes néfastes, et prendre le temps de relaxer et de se reposer.

En plus de devoir paraître heureux et populaires auprès de leurs pairs, alors que les élèves atteignent l’adolescence, ils subissent également du stress pour présenter une image virtuelle qui sera appropriée pour les employeurs potentiels, les agents des admissions des collèges et des universités, et d’autres qui en savent suffisamment pour être méfiants de quelqu’un qui n’a aucune présence médiatique ou qui reconnaissent un profil fraîchement « épuré » lorsqu’ils en voient un. Notre leçon « Vie privée et sécurité » intitulée Ton curriculum vitæ virtuel habilite les élèves à mettre l’accent sur les points positifs et à prendre le contrôle de leur identité virtuelle en considérant les différents publics qui pourraient voir leur contenu et en établissant un plan pour s’assurer qu’ils envoient le bon message à chaque public.

Notre recherche nous indique également ce que les élèves ne font pas : alors que les données montrent que la plupart des élèves apprennent et utilisent leurs compétences de recherche et de vérification à l’école, elles montrent également qu’ils ne sont pas susceptibles de les utiliser pour vérifier du contenu en dehors de l’école. Voilà pourquoi notre nouvelle leçon « Trouver et vérifier » intitulée Authentification au-delà de la classe enseigne aux élèves non seulement à vérifier les faits de la toute dernière photo ou vidéo virale, mais aussi pourquoi ils devraient vérifier les faits en les aidant à comprendre que dans notre monde réseauté nous sommes tous, en réalité, des journalistes, et avons un devoir éthique de nous assurer de la véracité des renseignements avant de les transmettre.

Alors que les jeunes Canadiens créent beaucoup de contenu sur les médias sociaux, nos données montrent que relativement peu d’entre d’eux produisent du contenu créatif comme de la musique ou des vidéos, et notre récent sondage auprès des enseignants mené avec la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, intitulé L’apprentissage connecté : Le personnel enseignant et les technologies en réseau dans la classe, montre que peu exercent ces activités en classe. Mais la production de médias, qui a toujours été une partie centrale de la littératie médiatique, n’a jamais été aussi simple : les élèves peuvent maintenant faire des choses avec leurs téléphones qui, il y a seulement une décennie, auraient nécessité des caméras vidéo dispendieuses. L’édition et le remixage, qui nécessitaient autrefois des logiciels ou du matériel spécialisés, peuvent maintenant être faits à l’aide d’outils virtuels gratuits, et il n’a jamais été aussi facile pour les jeunes de trouver un public pour le contenu qu’ils créent. Cependant, ces nouveaux outils viennent également avec des considérations éthiques. Notre leçon « Créer et remixer » intitulée Le remixage des médias enseigne aux élèves les droits qu’ils ont dans le cadre du remixage de contenu en vertu de la loi canadienne sur le droit d’auteur et leur permet d’examiner différents types de remixages et les différentes considérations légales et éthiques associées à chaque type avant de créer un remixage de leur propre cru.

Les considérations éthiques du remixage soulignent la question de la cybercitoyenneté. Encore plus que la littératie numérique, la définition précise de ce terme est toujours en évolution : trop souvent, il s’agit d’une liste de choses à ne pas faire qui, bien qu’importante, ne réussit pas à mobiliser les jeunes. Il pourrait être encore plus intéressant d’aborder la cybercitoyenneté non pas comme un sujet distinct, mais comme le résultat idéal de l’éducation à la littératie numérique, et de la percevoir de la perspective non seulement des responsabilités, mais aussi des droits d’un cybercitoyen. Une approche fondée sur les droits de la cybercitoyenneté fournit le lien essentiel entre enseigner aux jeunes ce qu’ils peuvent faire pour gérer et défendre leur vie privée et les habiliter à le faire vraiment. Les jeunes Canadiens doivent savoir qu’ils n’ont pas à abandonner leurs droits lorsqu’ils vont en ligne et, en réalité, ils pourraient même avoir des droits qu’ils ne connaissent pas. La leçon Cultures et valeurs en ligne laisse les élèves examiner comment les collectivités virtuelles comme les réseaux sociaux et les jeux à joueurs multiples forment leurs cultures et leurs valeurs et comment tous les membres de ces collectivités ont le droit et le pouvoir d’influencer ces valeurs afin que le racisme, le sexisme et d’autres formes de harcèlement ne soient pas tolérés. Bien que cette leçon montre aux élèves comment ils peuvent faire une différence dans leurs collectivités virtuelles, notre leçon en trois parties intitulée Narration numérique pour la mobilisation communautaire (que les enseignants peuvent offrir comme unité ou leçon autonome) combine les compétences « Créer et remixer » et « Mobilisation communautaire » pour aider les élèves à utiliser des outils numériques pour être des citoyens actifs dans leurs collectivités hors ligne. En demandant aux élèves de faire des recherches et de créer une histoire numérique (un produit médiatique simple mais flexible qui peut être créé en utilisant des outils de production médiatique les plus minimaux) sur une question qui s’applique à eux et à leur collectivité, et en trouvant ensuite des façons de la diffuser au bon public, cette série de leçons prépare les élèves à une citoyenneté active.

Il ne fait aucun doute que les technologies réseautées représentent des risques et des défis importants pour les adolescents canadiens, mais elles offrent également des possibilités sans pareil. Maintenant que le cadre complet de littératie numérique de HabiloMédias Utiliser, comprendre et créer a été élargi à l’école secondaire, nous sommes en mesure de les préparer à être des cybercitoyens actifs et engagés. Selon notre recherche révolutionnaire sur l’éducation à la littératie numérique au Canada, Définir la politique de littératie numérique et la pratique dans le paysage de l’éducation canadienne, et en lien avec les résultats des programmes pour chaque territoire et province, des outils sont fournis aux enseignants, aux parents, aux administrateurs et aux décideurs pour s’assurer que tous les élèves canadiens obtiennent l’éducation à la littératie numérique dont ils ont besoin pour vivre et travailler dans un monde numérique.

Le cadre Utiliser, comprendre et créer : Un cadre de littératie numérique pour les écoles canadiennes (de la maternelle à la 12e année) a été rendu possible grâce aux contributions financières de l’ACEI par le biais du Programme d’investissement communautaire .CA. Le cadre et les ressources connexes sont disponibles gratuitement à l’adresse http://habilomedias.ca/ressources-p%C3%A9dagogiques/utiliser-comprendre-et-cr%C3%A9er-un-cadre-de-litt%C3%A9ratie-num%C3%A9rique-pour-les-%C3%A9coles-canadiennes.

Fair Trade School Program

Fair Trade School

The Canadian Teachers’ Federation, in partnership with The Canadian Fair Trade Network and Fairtrade Canada is seeking five schools to pursue and achieve Fair Trade School designation.

Imagineaction is a social justice program of the Canadian Teachers’ Federation designed to facilitate teacher-student-community interaction in social action. Together with Fairtrade Canada, Imagineaction provides a monetary incentive to each school selected to educate about fair trade as part of classroom studies, and pursue a Fair Trade designation by the end of the school year.

Primary, elementary and high school teachers in Canada can apply to Imagineaction. Teaching materials are available from Fairtrade Canada to guide classroom learning that will teach students about fair trade and social justice issues. An Action Guide and supporting materials will help the school towards Fair Trade designation with ideas and suggestions on activities and events to involve, challenge and engage students.

As part of the Fair Trade School Program, students will understand the life of children in developing countries and how purchasing decisions, such as buying fair trade products, can create real change for people producing, and their families.

Apply on Imagineaction by filling out the standard Imagineaction project application form accessible through your current login. If you don’t have a login or require additional information, please contact info@imagine-action.ca.

Teaching materials for Fair Trade designation can be found here along with a pre-designation Action Guide and other documents to support your journey to Fair Trade School designation. Don’t forget to check out Fairtrade Canada’s promotional materials including posters, buttons, stickers and more to get students excited!

The deadline to apply to be considered one of the five eligible schools by Fairtrade Canada is October 14th, 2016. Successful applicants will be chosen by a panel representing Fairtrade Canada and the Canadian Teachers’ Federation.

For more information on the Imagineaction Fair Trade initiative or on Fair Trade School designation, please contact action@fairtrade.ca or info@cftn.ca or visit

Le programme École équitable

École équitable

En partenariat avec le Réseau canadien du commerce équitable et Fairtrade Canada, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) est à la recherche de cinq écoles qui voudraient obtenir la désignation École équitable.

Imagineaction est le programme de justice sociale de la FCE. Il vise à faciliter des actions sociales qui mettent en rapport le personnel enseignant, les élèves et la communauté. Avec l’appui de Fairtrade Canada, Imagineaction offre aux écoles sélectionnées une subvention pour qu’elles fassent la promotion du commerce équitable dans leur programme d’enseignement et obtiennent la désignation École équitable d’ici la fin de l’année scolaire.

Les enseignantes et enseignants du Canada, qu’ils enseignent à l’élémentaire ou au secondaire, peuvent s’inscrire à Imagineaction. Le Réseau canadien du commerce équitable leur propose des outils pédagogiques pour guider l’apprentissage en classe sur le commerce équitable et la justice sociale. Un guide d’action et du matériel de soutien aident les écoles dans leur démarche pour obtenir la désignation en suggérant des activités à faire avec les élèves.

Dans le cadre du programme École équitable, les élèves découvriront ce qu’est la vie d’un enfant dans un pays en développement et la différence que leurs décisions en matière d’achats, comme celle d’acheter ou non des produits équitables, peuvent faire pour les producteurs et leurs familles.

Les enseignantes et enseignants peuvent s’inscrire au programme en remplissant le formulaire de présentation de projet sur le site d’Imagineaction. Pour y accéder, ils peuvent utiliser leur nom d’accès ou communiquer avec l’équipe d’Imagineaction, à info@imagine-action.ca, pour en obtenir un ou demander des renseignements supplémentaires au besoin.

Fairtrade Canada et le Réseau canadien du commerce équitable proposent des outils pédagogiques ainsi qu’un guide d’action et du matériel supplémentaire afin d’aider les écoles dans leur cheminement vers la désignation École équitable. Le matériel promotionnel comprend des affiches, des macarons, des autocollants et plus encore. De quoi enthousiasmer les élèves!

Pour être l’une des cinq écoles admissibles à une subvention, il faut soumettre la candidature d’ici le 14 octobre 2016. Un jury composé de membres de Fairtrade Canada et de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants examinera les candidatures pour en retenir cinq.

Pour obtenir un complément d’information sur le projet de promotion du commerce équitable par Imagineaction ou sur la désignation École équitable, prière d’écrire à action@fairtrade.ca ou à info@cftn.ca, ou de visiter les sites Web suivants :