Les mégadonnées en éducation : utiles ou nuisibles?

par Bernie Froese-Germain

Le projet We the Educators/Nous, Éducateurs et Éducatrices, fruit d’un partenariat entre l’Internationale de l’Éducation (IE), l’Alberta Teachers’ Association (ATA) et la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE), a été lancé en mai 2017 à la Conférence Uni(e)s pour une éducation et un leadership de qualité de l’IE, à Rotterdam. Le lancement canadien de ce projet a eu lieu au Forum canadien sur l’éducation publique de la FCE, qui s’est tenu en juillet à Ottawa.

Dans le vaste contexte de la réforme mondiale de l’éducation, le projet We the Educators examine, comme l’indique la revue de la littérature réalisée sur le sujet, « le lien étroit entre la technologie éducationnelle et la mise en données de l’apprentissage, ainsi que la manière dont ces forces peuvent influencer la dépersonnalisation de l’apprentissage et la déprofessionnalisation de l’enseignement ».

Cette revue de la littérature reconnaît également que

[l]a technologie éducationnelle et la production connexe de données présentent des possibilités de contribuer très utilement au soutien des élèves en répondant à leurs besoins particuliers, mais il faut faire preuve de prudence quand on considère la relation entre la technologie éducationnelle, les données, la personnalisation, la privatisation et la standardisation. Tout le tapage publicitaire ne doit pas nous faire perdre de vue les dangers et nous devons garder à l’esprit la mission profonde de l’éducation. [C’est nous qui soulignons.]

https://wetheeducators.com/tagged/français

Dans un article publié dans le numéro d’été de l’ATA Magazine (sur le thème de l’évaluation à l’ère des mégadonnées), Sam Sellar fait observer que [traduction libre] « la mise en données est aujourd’hui l’une des plus importantes nouveautés dans les écoles du monde entier. Les données, qui prennent différentes formes — allant des registres de présence et de comportement aux résultats des tests standardisés en passant par les notes des élèves — façonnent maintenant le travail des responsables des politiques, des administrateurs et administratrices, et des enseignantes et enseignants en classe. » Sam Sellar se sert de l’image des poupées gigognes pour expliquer comment les données sont utilisées dans les écoles :

[Traduction libre]

Nous pouvons penser aux écoles comme des unités se trouvant à l’intérieur d’une série d’unités de plus en plus grandes qui orientent leur travail. L’école représente la plus petite matriochka de la série. Au Canada, par exemple, l’école se trouve dans un conseil scolaire qui, lui, fait partie d’un système d’éducation provincial, lequel s’emboîte à son tour dans une vision nationale de l’éducation. La plus grande poupée correspond à l’espace mondial dans lequel nous pensons maintenant l’éducation. Par exemple, des organisations internationales comme l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) influencent de plus en plus le travail des écoles au moyen de tests comme ceux du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Les données passent d’une poupée à l’autre, ou d’un échelon à l’autre, et il est important de comprendre comment cela se produit et ce que cela signifie pour l’éducation publique.

https://www.teachers.ab.ca/Publications/ATA%20Magazine/Volume-97-2016-17/Number-4/Pages/Navigating-the-Flow-of-Datafication.aspx (en anglais)

Dans un autre article, Pasi Sahlberg nous rappelle que les mégadonnées font de bonnes servantes, mais de bien mauvaises maîtresses. Il nous dit pourquoi :

[Traduction libre]

  1. L’un des objectifs fondamentaux des mégadonnées consiste à obtenir suffisamment d’information et à traiter celle-ci assez rapidement pour prédire la suite probable des évènements. C’est ce qu’on appelle l’analyse prédictive, et c’est la grande promesse des mégadonnées. Si cette forme d’analyse peut être utile en météorologie ou pour la planification stratégique d’une entreprise, elle peut certainement mener à des situations étranges dans les domaines des soins de santé ou de l’éducation si elle n’est pas effectuée judicieusement;

  2. Quand des masses de données sont recueillies dans les écoles par des capteurs comme des détecteurs de mouvements, des caméras et des microphones qui saisissent les expressions faciales, les interactions sociales et les gestes de chaque enfant, tous les jours, pendant toute l’année, les décisions prises par des machines intelligentes peuvent mener à des expériences contraires à l’éthique sur les élèves ou même à une surveillance orwellienne de la vie privée;

  3. Des mégadonnées sont aussi produites par les plateformes de testage numérique et les systèmes d’analyse de l’apprentissage adaptatif (tuteurs numériques). Tandis que les tests multiplient les données recueillies sur les élèves, l’intérêt pour ces données afin d’en dégager les tendances va en augmentant;

  4. Les mégadonnées ne révèlent normalement que la corrélation entre des évènements, et non la causalité. La corrélation est importante pour comprendre ces relations, mais elle ne signifie pas que telle chose causerait telle autre chose.

Pasi Sahlberg suggère que nous mettions davantage l’accent sur ce qu’il appelle les « petites données », qui [traduction libre] « découlent de l’idée voulant que, dans un monde de plus en plus gouverné par les chiffres binaires et de froides statistiques, nous avons besoin d’information qui nous aide à mieux comprendre les aspects de l’enseignement et de l’apprentissage qui sont invisibles ou difficilement mesurables ». Les petites données concernent fondamentalement la nature relationnelle de l’enseignement et de l’apprentissage, et la manière dont ces relations importantes peuvent fournir aux enseignantes et enseignants les connaissances dont ils ont besoin pour aider leurs élèves à apprendre :

[Traduction libre]

Les enseignantes et enseignants sont bien conscients de l’importance des observations humaines, des conversations personnelles et des réflexions critiques pour comprendre ce qui se passe en classe. Les tests standardisés ou les sondages d’opinion peuvent contribuer à dégager des tendances générales, mais ils ne peuvent pas révéler les secrets plus profonds de la pédagogie. Par conséquent, les petites données peuvent être utiles pour savoir ce qui fonctionne le mieux dans les écoles et comprendre pourquoi c’est ainsi.

https://www.teachers.ab.ca/Publications/ATA%20Magazine/Volume-97-2016-17/Number-4/Pages/Small-Data-for-Big-Change.aspx (en anglais)

Le concept des « petites données » est bien résumé dans la citation suivante de Joe Bower, enseignant et blogueur albertain (décédé en 2016), mise en évidence dans les vidéos du site « We The Educators » : « Vous voulez recueillir des données sur la manière d’apprendre des enfants? Alors apprenez à les connaître. Observez-les. Écoutez-les. Parlez avec eux. Asseyez-vous avec eux. Passez du temps avec eux. »

Advertisements

We The Educators  – Une nouvelle conversation sur l’avenir de l’éducation publique

Les systèmes d’éducation du monde entier sont aujourd’hui témoins de toutes sortes de changements et d’améliorations, de multiples bouleversements sociaux et économiques, et d’innovations technologiques rapides qui étaient inimaginables il n’y a pas si longtemps. Au milieu de ce tsunami de changements, des pratiques d’enseignement et d’apprentissage novatrices qui font usage des nouvelles technologies déferlent sur les écoles et les salles de classe avec le vaste objectif de transformer l’apprentissage des élèves.

Si les technologies présentent aux systèmes d’éducation à la fois des possibilités et des défis énormes, certains des plus grands bouleversements sont liés à la standardisation, à la personnalisation, à la privatisation et à la mise en données (datafication en anglais) de l’apprentissage.

Voilà pourquoi l’Internationale de l’Éducation (IE), la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) et l’Alberta Teachers’ Association (ATA) ont senti le besoin d’explorer la recherche interdisciplinaire que suscitent la technologie éducationnelle et la mise en données, et leurs effets sur l’enseignement et l’apprentissage dans le monde.

wetheeducators-revue-de-la-litteratureLa présente revue de la littérature (PDF – 610 Ko) tente de brosser un portrait équilibré de divers concepts interdisciplinaires afin de guider l’analyse des domaines convergents que sont la technologie éducationnelle et la mise en données. Elle s’inscrit dans un projet plus vaste intitulé « Nous, gens de l’éducation! » (www.wetheeducators.com), qui présente les concepts étudiés ici de manière plus concrète à l’aide de vidéos et d’animations produites dans plusieurs langues.

Nous espérons que ce projet suscitera un débat public riche sur la relation entre la mise en données des systèmes d’éducation et la (dé)personnalisation, la privatisation et la standardisation de l’apprentissage des élèves, et qu’il encouragera un examen professionnel plus rigoureux de cette relation. Nous invitons nos collègues et les personnes qui militent en faveur d’une éducation publique de qualité aux quatre coins du monde à se servir de cette recherche et des vidéos afin de poursuivre le dialogue.

Ce projet est le résultat d’un exercice de collaboration international mené par un grand nombre de personnes aussi talentueuses les unes que les autres, dont Graham Brown-Martin et les équipes de l’IE (Angelo Gavrielatos, Nikola Wachter et Mar Candela), Cassandra Hallett et Bernie Froese-Germain (de la FCE), ainsi que Philip McRae, Ph. D., Lindsay Yakimyshyn, Ph. D., et J-C Couture, Ph. D. (de l’ATA). L’attention, l’analyse, le soutien et l’imagination de chacune de ces personnes ont donné lieu à un projet qui a pour but d’informer et de (re)façonner l’avenir de l’enseignement et de l’apprentissage.

Tous les partenaires du projet continueront d’étudier et de défendre les conditions d’exercice nécessaires à la création de milieux d’enseignement et d’apprentissage qui permettront aux systèmes solides d’éducation publique, financée par l’État, d’atteindre leur objectif : bien instruire tous les enfants et tous les jeunes sans exception.


Site Web : https://wetheeducators.com/
Twitter : https://twitter.com/WeTheEducators
Facebook : https://www.facebook.com/WeTheEducators
Instagram : https://www.instagram.com/WeTheEducators/
Vimeo : http://vimeo.com/WeTheEducators
YouTube : http://bit.ly/WTEyoutube