La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants applaudit à l’abrogation de projets de loi antisyndicaux

Le 15 juin 2017

Ottawa – La Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) célèbre l’adoption du projet de loi C‑4, qui abroge deux projets de loi de l’ancien gouvernement conservateur, le C‑377, présenté en 2012, et le C‑525, adopté en 2014.

« Nous félicitons le gouvernement libéral de tenir sa promesse électorale en abrogeant ces lois antisyndicales et antidémocratiques, indique la présidente de la FCE Heather Smith. Les organisations de l’enseignement faisaient partie des nombreux groupes syndicaux ciblés par le projet de loi C‑377, qui a été adopté rapidement par la Chambre des communes sans trop de débat et sans aucune consultation avec les syndicats. Ces mesures ont provoqué le déclenchement de la campagne d’action politique « Écoutez ma voix » de la FCE, dont l’objectif était de renforcer la voix du personnel enseignant dans le dossier des droits des travailleurs et travailleuses », ajoute la présidente.

La Fédération a aussi appuyé la campagne du Congrès du travail du Canada et s’est jointe au concert d’opposition de la part des associations de policiers et policières, du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, de l’Association du Barreau canadien et de sept provinces, qui ont qualifié le projet de loi C‑377 d’inconstitutionnel et affirmé que son application coûterait des millions de dollars à l’administration fédérale.

« C’est une excellente nouvelle pour la démocratie et les droits de la personne », conclut Heather Smith.

Fondée en 1920, la FCE est une alliance nationale d’organisations provinciales et territoriales qui représentent plus de 232 000 enseignantes et enseignants au Canada. La FCE est également affiliée à l’Internationale de l’Éducation, laquelle compte 32 millions de membres. @EnseigneCanada

-30-

Contact avec les médias :

Francine Filion, directrice des Communications, 613-688-4314

Advertisements