How Do Canadian Teens Make Decisions When Sharing Photos?

By MediaSmarts

To Share or Not to Share: How Teens Make Privacy Decisions about Photos on Social Media

Building on MediaSmarts’ findings on youth and privacy from our Young Canadians in a Wired World research, our new qualitative study, To Share or Not to Share: How Teens Make Privacy Decisions about Photos on Social Media (PDF – 1.1 MB) examines the reasoning that teens apply when sharing photos online.

Knowing how young people understand their information rights is key to digital literacy education. Because the regulatory model that protects young people’s online privacy assumes that they will choose not to post anything that they want kept private, privacy education initiatives typically focus on telling young people not to post personal information online. However, our Young Canadians in a Wired World research suggests that young people do not define privacy as non-disclosure, but instead seek to negotiate an appropriate level of privacy from peers and family members through a set of social norms that govern who sees what. Given this difference, we undertook this study to learn more about how teens perceive and approach privacy online so we can develop digital literacy programs that reflect their perceptions and are responsive to their needs.

For this research we interviewed 18 Canadian youth between the ages 13 and 16 to find out if and how their decisions to post photos are rooted in a desire to manage their reputation, and whether or not they actively consent to the collection and use of their personal information by the corporations that own the photo-sharing platforms that they use. We also mapped their knowledge about data protection principles and asked about any experiences they’d had interacting with corporations to exercise their rights under existing fair information practices, such as being able to access and delete personal information.

Performing for the audience

Everybody says that social media is connect with friends and whatnot, and to a certain extent, sure. But, when everybody goes on it, I feel like they’re always thinking the same thing: gotta look good. (Margaret, female, 15)

The most common motivation the teens gave for sharing photos online was to build and maintain a consciously crafted image. They often spoke of being aware that the audiences they reached through different apps would judge them, and of the need to choose and, in some cases, edit their photos to fit into what was acceptable and desirable on each platform: “People will judge you… Eight hundred people would see that ugly photo of you and they would probably judge you.” (Nico, male, 13)

The teens we interviewed almost exclusively use Instagram and Snapchat for sharing photos, and what makes a “good photo” depends in part on the app they use: for example, photos on Instagram are expected to look “professional” and also fit into a consistent “theme” or “look” for the account, which might be based on a particular topic or colour palette. While photos on Snapchat are expected to look fun and spontaneous, they are still carefully crafted to create that effect.

You want to post to impress people, and with Instagram, you don’t even think about your own self, you can’t just think, oh, what will people think, will they like this photo? You kind of stop thinking about your own needs. (Pavlina, female, 14)

Contrary to the popular conception of “selfies” as being the standard social media photo, these actually made up fewer than one in ten of the photos that were shared: “I feel like there’s just something weird and embarrassing about like going to your room to take some selfies.” (Margaret, female, 15) Instead, these teens are most likely to share photos of things like landscapes, consumer goods, and sunsets than those that had people in them. This preference for “safe” photos also leads many of them to carefully avoid any possibly controversial topics: “Politics, religion, sexuality, race – those are the things that I won’t do on social media.” (Suyin, female, 15)

Controlling audiences

As opposed to simply ‘not posting’, most of these teens’ efforts are aimed at controlling who sees particular photos and preventing them from being spread to unintended audiences. The main tool that they use to ensure that only desired audiences see particular photos is selecting which platform and account to post them on. Snapchat’s ability to notify users if a screenshot of their photo is taken was mentioned by several of the teens as one of the most valuable features of the platform, but this is prized less as a technical tool than as an implicit social signal that a photo should not be spread beyond the initial audience: “It’s considered rude to take a screenshot of somebody’s Snapchat… because you sent them that picture like for however many seconds and they’re not really respecting that.” (Courtney, female, 16)

Participants in our Young Canadians in a Wired World survey mostly expected that their friends would ask before posting a photo of them, particularly one that is bad or embarrassing. While the teens in this study mostly agreed that the people in a photo had a right to decide whether or not that photo was shared, they are more likely to think about how their friends would feel before posting, as opposed to directly asking them for permission. Similarly, while the top strategy reported in Young Canadians for dealing with an unwanted photo was to ask the poster to take it down, participants in this study mostly prefer to rely on indirect signals, hints and nudges to ask that photos be deleted: one participant, for example, sent a copy of the offending picture with herself edited out to the person who had shared it.

Little awareness of consumer rights or the commercial environment

The teens we interviewed do not generally think of the platforms they use as businesses, or understand how using them makes those corporations money, a finding that’s in line with the Young Canadians participants’ generally poor understanding of corporations’ interest in their personal information. While these teens have a variety of strategies for managing their online identities in the eyes of their imagined audiences, when it comes to corporate access to their data they have only two: hoping that the sheer number of photos will provide them with privacy by obscurity and rationalizing that they have not posted anything “that would come back to haunt them.”

“I highly doubt they’d pick a random girl from Ottawa’s pictures to like stare at ‘cause I don’t think that’s something that’ll happen. I hope not.” (Amira, female, 16)

In almost every case, the teens had not read or understood the platforms’ privacy policies and terms of service and did not feel that reading these would provide them with any useful information or help them understand their rights or possible remedies when dealing with the corporations that own the platforms. Most said this was because these documents were too long and difficult to read – not surprising considering that only a third of the participants in Young Canadians had ever had anyone explain a privacy policy to them. The teens in this study also had little or no awareness of their legal rights as consumers under PIPEDA or of the fair information principles that corporations are required to abide by when handling personal information. However, they expressed strong opinions when asked about the idea of platforms looking at their photos or using photos for purposes that they hadn’t agreed to.

I really do not know [why corporations keep photos] ‘cause what could they do with your picture? Why do they have it? What could they do with it? It doesn’t make sense to have it if they don’t even know you… I don’t really want them to have my picture. I mean what would they do with it? It’s actually scary. (Kaya, female, 14)

As far as these teens are concerned, the platforms have not asked them for consent to use their photos or personal information, nor do they feel they’ve given it by agreeing with a platform’s terms and conditions. Instead, they imagine giving consent to corporations in the same way as they do for their peers: one photo at a time, and with an implicit understanding of their intentions:

I don’t even think that they should have access to the photo. They made the social media and everything, but having access to people’s photos is just too much. Especially if it’s a private account, they obviously made it private so random people don’t see, and then Instagram is doing exactly what the owner of the account didn’t want. (Pavlina, female, 14)

As this exploratory research confirms, taking and sending photos is something the teens we interviewed do every day. Despite its routine quality, though, they put a significant amount of thought and effort into making sure that different audiences see them as they want to be seen.

Though they have little awareness of the ways that the corporate owners of their favourite platforms make use of their photos and other data, these teens have a strong sense that their photos are – or ought to be – their property, and that those corporations should seek their consent in the same way they expect of their peers. These findings help to show us the way forward in educating youth about the ways in which they participate in the information economy, and about their rights as digital citizens:

  • Digital literacy education. Privacy education that focuses on technical tools, such as platforms’ privacy settings, are unlikely to be successful as these teens did not make significant use of them. Given their interest in controlling audiences, it would be more effective to educate youth about the ability of these tools to limit who can see individual posts or photos rather than broadly keeping content “private.”The participants’ reliance on social norms and signals to manage their privacy also shows how important it is that privacy ethics be a part of digital literacy education. Youth need to be made aware of the ethical dimensions of sharing others’ photos and encouraged to confront both the “empathy traps” of digital communication and the “moral blind spots” by which some peers may be seen to have given up their right to control what happens to their images.
  • Digital citizenship education. Young people need to be made aware of their rights as digital citizens and encouraged to participate in civic activities online and to take an active role in forming the cultures and values of their online communities. Digital literacy and online safety programs must also be careful to avoid using scare tactics or reflecting attitudes that exaggerate the risks of speaking out online.
  •    Consumer awareness education. The most serious gap identified in the participants’ knowledge is in this area. It is impossible to even begin consumer education until students know that they are participating in an economic transaction, and understand at least the basic aspects of the deal they have agreed to. Helping youth to understand how the platforms that they use make money off of their participation is essential to making them informed consumers who can give genuine consent to the use of their personal information.

Comment les adolescents canadiens prennent-ils des décisions lors du partage de photos?

Par HabiloMédias

S’appuyant sur les découvertes de HabiloMédias sur les jeunes et la vie privée tirées de notre recherche Jeunes Canadiens dans un monde branché, notre nouvelle étude qualitative, Partager ou ne pas partager : comment les adolescents gèrent-ils leur vie privée en lien avec le partage de photos sur les médias sociaux (PDF – 1 Mo), a pour objectif d’examiner le raisonnement privilégié par les adolescents lorsqu’ils partagent des photos en ligne.

Comprendre l’étendue des connaissances des jeunes relativement à leur droit à l’information est essentiel pour leur inculquer efficacement des compétences numériques. Étant donné que le modèle réglementaire qui protège la vie privée virtuelle des jeunes tient pour acquis que ces derniers ne publieront pas des renseignements qu’ils désirent garder confidentiels, les initiatives en matière d’éducation à la vie privée se contentent généralement de dire aux jeunes de ne pas diffuser de contenu à caractère personnel en ligne. Toutefois, notre recherche intitulée Jeunes Canadiens dans un monde branché montre que les jeunes ne perçoivent pas la confidentialité comme la non-divulgation de renseignements personnels. Ils cherchent plutôt à adapter le degré de confidentialité en fonction de l’audience ‒ leurs pairs ou des membres de leur famille ‒ en s’appuyant sur un ensemble de normes sociales qui visent à déterminer ce que chacun sera en mesure de voir. Conscients de cette nuance, nous avons entrepris cette étude pour en apprendre davantage sur la manière dont les adolescents perçoivent et s’approprient le concept de vie privée en ligne. Ainsi, nous serons en mesure de concevoir des programmes d’enseignement des compétences numériques qui reflètent les perceptions des jeunes et qui sont adaptés à leurs besoins.

Dans le cadre de cette recherche, nous avons interrogé 18 Canadiens âgés de 13 à 16 ans afin de déterminer si leurs décisions de publier des photos sont motivées par leur désir de préserver leur réputation et s’ils consentent activement à ce que leurs renseignements personnels soient collectés et utilisés par les sociétés propriétaires des plateformes de partage de photos qu’ils utilisent. Nous avons également mesuré leur connaissance des principes de base relatifs à la protection des données et les avons interrogés à propos des échanges qu’ils ont pu avoir avec des sociétés en vue de faire valoir leurs droits en vertu des pratiques loyales en matière d’information, comme celui de pouvoir accéder à leurs renseignements personnels et de les supprimer.

Se donner en spectacle

Tout le monde dit que les médias sociaux servent à rester en contact avec nos amis ou d’autres personnes et dans une certaine mesure, c’est vrai. Mais puisque tout le monde les utilise, j’ai l’impression qu’on pense tous la même chose : il faut bien paraître. (Margaret, adolescente de 15 ans)

La principale motivation des adolescents qui partagent des photos en ligne consiste à créer et à préserver une certaine image d’eux-mêmes, produite en toute connaissance de cause. Ils réitèrent le fait qu’ils sont conscients que les internautes avec qui ils tissent des liens virtuels peuvent porter un jugement à leur égard. De fait, ils ressentent le besoin de choisir et, parfois, de modifier leurs photos pour se conformer à ce qui est considéré comme acceptable et souhaitable sur chaque plateforme : « Les gens vont te juger… Huit cents personnes peuvent voir une horrible photo de toi et vont probablement te juger. » (Nico, adolescent de 13 ans)

Les adolescents que nous avons interrogés utilisent presque exclusivement Instagram ou Snapchat pour partager des photos. Leur conception de ce qui constitue une « bonne » photo varie notamment en fonction de l’application utilisée. Par exemple, ils s’attendent à ce que les photos publiées sur Instagram aient l’air « professionnelles » et qu’elles soient cohérentes avec l’objectif du compte, qui peut véhiculer un thème précis ou mettre en valeur une certaine palette de couleurs. À l’inverse, bien que les photos Snapchat se caractérisent par leur côté amusant et spontané, elles sont soigneusement conçues pour créer un tel effet.

Tu veux publier pour impressionner les gens, et avec Instagram, tu ne penses même pas à l’image que tu projettes. Tu ne peux pas te dire : oh, attends. Qu’est-ce que les gens vont penser de moi? Vont-ils aimer ma photo? Tu en viens à cesser de penser à tes propres besoins, d’une certaine façon. (Pavlina, adolescente de 14 ans)

La croyance populaire veut que les selfies (égoportraits) soient les photos les plus populaires sur les médias sociaux, mais en réalité, ils représentent moins de 10 % des photos partagées. « Aller dans sa chambre pour prendre des selfies, ça me semble un peu bizarre et embarrassant. » (Margaret, adolescente de 15 ans) Les adolescents qui pensent comme Margaret préfèrent partager des photos de paysages, de biens de consommation ou de couchers de soleil plutôt que des portraits. Cette préférence pour les photos à caractère neutre incite plusieurs d’entre eux à éviter soigneusement d’aborder tous les sujets potentiellement controversés : « La politique, la religion, la sexualité et l’origine ethnique sont toutes des choses dont j’évite de parler sur les médias sociaux. » (Suyin, adolescente de 15 ans)

Contrôler l’audience

Plutôt que de s’abstenir de publier, la plupart des adolescents cherchent à contrôler l’audience de certaines photos et, ainsi, à éviter qu’elles soient diffusées auprès d’une audience non désirée. Choisir la plateforme ou le compte où ces photos seront publiées constitue pour eux le meilleur moyen de s’assurer que seules les personnes qui y sont autorisées pourront voir certaines photos. À titre d’exemple, Snapchat est en mesure d’envoyer une notification à ses utilisateurs lorsqu’une capture d’écran de leur photo est prise. Plusieurs adolescents considèrent cette fonctionnalité comme l’une des caractéristiques les plus utiles de la plateforme. Toutefois, selon eux, il s’agit moins d’une fonctionnalité que d’un code social implicite visant à rappeler qu’une photo ne devrait pas être diffusée à une audience autre que celle qui y est autorisée. « C’est considéré comme inapproprié de faire une capture d’écran du Snapchat envoyé par une personne, puisque tu choisis d’envoyer une photo à certaines personnes pour quelques secondes et c’est comme si elles ne respectaient pas ce que tu voulais. » (Courtney, adolescente de 16 ans)

La plupart des répondants à notre sondage Jeunes Canadiens dans un monde branché s’attendent à ce que leurs amis leur demandent la permission avant de publier une photo d’eux, à plus forte raison si la photo en question est embarrassante ou gênante. La plupart des adolescents interrogés dans le cadre de cette étude s’entendent pour dire que les personnes qui figurent sur une photo devraient pouvoir décider si cette photo sera partagée ou non. Toutefois, ils ont tendance à se demander comment leurs amis se sentiraient s’ils dévoilaient la photo plutôt que de leur demander directement la permission de la publier. De la même façon, bien que la meilleure stratégie rapportée dans le sondage Jeunes Canadiens quant à la manière de traiter une photo indésirable consiste à demander à celui ou celle qui l’a diffusée de la retirer, la plupart des répondants préfèrent envoyer des signaux indirects et faire des sous-entendus pour manifester leur désir que les photos soient supprimées. À titre d’exemple, une répondante a admis avoir envoyé une copie d’une photo embarrassante d’elle-même, délibérément modifiée, à la personne qui l’avait partagée.

Peu sensibilisés quant aux droits des consommateurs ou à l’environnement commercial

Les adolescents que nous avons interrogés n’ont généralement pas tendance à concevoir les plateformes qu’ils utilisent comme des entreprises. De plus, ils ne sont généralement pas conscients que l’utilisation de telles plateformes génère des revenus pour ces entreprises, un constat qui va de pair avec la faible conscientisation des répondants au sondage Jeunes Canadiens par rapport à l’intérêt des sociétés pour leurs renseignements personnels. Ces adolescents qui ont recours à une multitude de stratégies pour contrôler la manière dont leur audience perçoit leurs identités virtuelles n’entrevoient que deux façons de gérer l’accès des sociétés à leurs données : espérer que leurs photos passeront inaperçues dans l’océan de contenu publié et se convaincre que leurs publications ne sont pas de nature à « revenir les hanter ».

« Je doute fortement qu’ils choisissent une fille au hasard parmi toutes les photos publiées à Ottawa et qu’ils décident de l’observer. Je ne crois pas que c’est quelque chose qui pourrait arriver. Enfin, je l’espère. » (Amira, adolescente de 16 ans)

Dans presque tous les cas, les adolescents n’avaient pas lu ou compris les politiques de confidentialité des plateformes et les conditions d’utilisation. Ils n’avaient pas l’impression que la lecture de ces documents leur fournirait des renseignements utiles ou les aiderait à comprendre l’étendue de leurs droits ou des recours qu’ils peuvent intenter lorsqu’ils traitent avec les sociétés propriétaires de ces plateformes. La plupart ont affirmé que ces documents sont trop longs et difficiles à lire, ce qui n’est guère surprenant étant donné que seulement le tiers des répondants au sondage Jeunes Canadiens soutient que quelqu’un leur a déjà expliqué le fonctionnement d’une politique de confidentialité. Par ailleurs, les adolescents interrogés dans le cadre de cette étude détiennent peu ou pas de connaissances en ce qui a trait à leurs droits à titre de consommateurs, protégés par la LPRPDE, ou aux pratiques loyales en matière d’information que les sociétés sont tenues de respecter lorsqu’elles traitent des renseignements personnels. Cependant, ils expriment une opinion tranchée dès qu’on évoque la possibilité que les plateformes regardent leurs photos ou les utilisent à des fins auxquelles ils n’ont pas consenti.

Je ne sais pas du tout [pourquoi les compagnies gardent les photos], qu’est-ce qu’ils peuvent bien faire avec nos photos? Pourquoi est-ce qu’ils les ont? Qu’est-ce qu’ils peuvent bien faire avec? Qu’est-ce que ça leur donne d’avoir nos photos, s’ils ne nous connaissent même pas? Je ne veux pas qu’ils aient ma photo. Qu’est-ce qu’ils veulent faire avec? Ça fait peur ». (Kaya, adolescente de 14 ans)

Dans le cas de ces adolescents, les plateformes ne leur ont pas demandé l’autorisation d’utiliser leurs photos ou leurs renseignements personnels. Ils n’avaient pas non plus l’impression d’y avoir consenti en acceptant les conditions d’utilisation. Au lieu de cela, ils s’imaginent qu’ils donnent leur consentement aux entreprises de la même façon qu’ils le font avec leurs pairs : une photo à la fois, et en tenant pour acquis que leurs intentions sont implicitement comprises.

Je ne crois pas qu’elles devraient avoir accès à ma photo. Elles créent les médias sociaux et tout cela, mais avoir accès aux photos des gens, c’est trop, surtout s’il s’agit d’un compte personnel. Si les gens créent de tels comptes, c’est parce qu’ils ne veulent pas que n’importe qui voit leurs photos, et voilà qu’Instagram fait exactement ce que le propriétaire du compte ne veut pas. (Pavlina, adolescente de 14 ans)

Comme cette recherche exploratoire le confirme, les adolescents que nous avons interrogés prennent et envoient des photos sur une base quotidienne. Bien que de telles actions puissent sembler anodines, ils déploient des efforts considérables pour s’assurer que leurs différents publics voient ces photos de la manière dont ils veulent qu’elles soient perçues.

Bien qu’ils soient peu conscients de l’utilisation que les sociétés propriétaires de leurs plateformes préférées font de leurs photos et de leurs données, ces adolescents ont la ferme conviction que leurs photos leur appartiennent ou devraient leur appartenir, et que ces sociétés devraient obtenir leur autorisation de la même manière que leurs pairs le font. Ces constats contribuent à nous indiquer le chemin à suivre pour éduquer les jeunes quant à la manière dont ils participent à l’économie de l’information et à leurs droits en tant que citoyens numériques :

  • Enseignement des compétences numériques. La sensibilisation à la confidentialité des renseignements personnels, si elle est axée sur le fonctionnement d’outils techniques comme les paramètres de confidentialité des plateformes, connaîtra assurément peu de succès, puisque ces adolescents n’ont pas vraiment utilisé de tels paramètres. Étant donné l’intérêt de ces jeunes pour le contrôle de l’audience, il serait préférable de leur montrer comment ces outils peuvent les aider à déterminer qui peut voir certaines publications ou photos plutôt que de leur dire de veiller à ce que tout le contenu demeure « privé ».Le fait que les répondants misent sur le respect des normes sociales et des signaux envoyés pour gérer leur vie privée montre également l’importance de parler d’éthique privée dans le cadre de l’enseignement des compétences numériques. Les jeunes doivent prendre conscience des enjeux éthiques associés au partage des photos d’autrui. Ils doivent également être encouragés à éviter à la fois les « pièges de l’empathie » associés à la communication numérique et les « pièges éthiques » qui peuvent leur faire croire que certains de leurs pairs ont renoncé à leur droit de contrôler l’utilisation qui est faite de leurs photos.
  • Éducation à la citoyenneté numérique. Il est important de sensibiliser les jeunes à leurs droits en tant que citoyens numériques. Ils doivent être encouragés à participer à des activités civiques en ligne et à jouer un rôle actif dans la définition des pratiques et des valeurs partagées au sein de leurs communautés virtuelles. Ceux qui ont pour mission de voir à l’éducation numérique des jeunes et de diffuser les programmes de sécurité en ligne devraient également jouer de prudence afin d’éviter d’avoir recours à des tactiques de peur ou d’adopter des attitudes qui amplifient les risques associés au fait de communiquer en ligne.
  • Sensibilisation des consommateurs. La faiblesse la plus importante en ce qui a trait aux connaissances des participants est liée à cet aspect. Il est impossible d’amorcer le processus de sensibilisation si les élèves ignorent qu’ils participent à une transaction économique et ne comprennent pas au moins les principes de base du contrat auquel ils ont adhéré. Aider les jeunes à comprendre comment leur utilisation des plateformes génère des revenus pour la société propriétaire est essentiel pour qu’ils deviennent des consommateurs avertis et soient en mesure de réellement consentir à l’utilisation de leurs renseignements personnels.

Le rapport Partager ou ne pas partager : Comment les adolescents prennent des décisions en matière de vie privée à propos des photos sur les réseaux sociaux (PDF – 1 Mo) est fondé sur les résultats d’entrevues menées en 2016 auprès d’adolescents de 13 à 16 ans. La recherche est un partenariat entre HabiloMédias et le projet eQuality Project et a été rendue possible grâce à la contribution financière du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.