Grandir fatigué, anxieux et distrait

Par Ronald Boudreau

Le Forum sur l’éducation publique de la FCE sur la santé mentale a accordé une place importante du programme aux recherches menées par Dr. Phil McRae, membre du personnel administratif de l’Alberta Teachers Association.

DSC_4753

Si le titre de la présentation « L’Internet du moi : la négligence à l’ère de l’hyperconnectivité » laissait peu présager les informations qui nous seraient révélées lors de cette allocution, le sous-titre, lui, était plutôt évocateur. C’est la raison pour laquelle ce billet retient plutôt ce dernier comme fil conducteur : en effet, qui n’est pas intrigué à l’idée de grandir fatigué, anxieux et distrait?

Une enquête menée auprès d’un échantillon de 2 200 personnes représentatives du personnel enseignant de l’Alberta a permis de tirer quelques constats qui mènent à de nouvelles pistes de réflexion sur l’impact des technologies dans nos vies.

D’emblée, le personnel enseignant reconnaît l’apport des technologies dans leur enseignement et dans l’apprentissage, les stratégies visant le questionnement et l’exploration arrivant en tête de liste (71 %).

Ce sont les questions d’enquête qui portaient sur la santé et le bien-être qui se sont révélées les plus troublantes. Le trois-quarts des membres personnel enseignant interrogé constate que les technologies ont un effet pervers distrayant sur l’apprentissage, principalement causé par les tentatives des élèves d’accomplir plusieurs tâches à la fois.

L’enquête s’inquiète par ailleurs de l’importance des relations humaines qui risquent de diminuer dans un contexte d’hyperconnectivité. Les recherches se penchent actuellement sur les effets à long terme que cette nouvelle réalité pourrait avoir sur la santé mentale des individus. Par ailleurs, les problèmes de cyberintimidation semblent également à la hausse et s’apparentent à un manque d’empathie entre les élèves.

Dr. McRae conclut ce survol par quelques pistes pour mieux gérer l’impact des technologies sur nos vies. Il insiste d’abord sur l’importance de maintenir un équilibre dans la place qu’occupent les technologies dans nos vies afin de maintenir des relations humaines saines et harmonieuses. Il insiste ensuite sur l’importance d’être conscient des effets pervers possibles des technologies et finalement, d’être plus présent dans la vie quotidienne des personnes qui nous entourent.

(Ronald Boudreau est le directeur des Services aux francophones de la FCE)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s